Souhaits

Bienvenue ici sur la pages des souhaits des années précédentes :



Souhait 2016

En 2015, la question « terroriste » a volé le devant de la scène à un problème beaucoup plus dérangeant… celui de la migration. Or, ces deux thèmes sont connectés, dans le sens où l’appellation « terrorisme » a eu pour rôle, dernièrement, d’effacer notre culpabilité historique vis-à-vis des sociétés non-alignées et des communautés sans État. Une culpabilité qui – si on la mettait officiellement en lumière - nécessiterait des excuses publiques de nos gouvernements, mais surtout une remise en question de nos fondements économiques.

Bref, je ne vous l’apprends pas : l’histoire est écrite par les vainqueurs. Cependant, pour avoir une consistance collective, l’histoire exige – comme toute chose – des gens qui lui donnent de l’intérêt. C’est justement sur ce point, qu'en 2016, nous pouvons véritablement jouer un rôle.
Rejetons leur histoire et écrivons enfin la nôtre !

La Conversion, le 31 décembre 2015
Luca


Souhait 2015

Pour que l'on puisse tous vivre de manière convenable au sein de la logique économique et sociale actuelle,
il faudrait qu'on apprenne à produire, mais surtout à consommer, à consommer sans cesse.
En fait, il faudrait perdre toutes habitudes d'économe, d'écologiste ou d'être conscient.
Autrement dit, pour que chacun puisse vivre convenablement aujourd'hui, sans plus de misère et de chômage, il faudrait recevoir l'argent puis le dépenser directement. Or, chacun en conviendra, cette même logique ne nous permet pas d'avoir ce type de comportement. Est-ce que cela signifie pour autant qu'on échappe à cette logique ?

Pas du tout, cela signifie simplement que le modèle de société actuel est totalement
détaché - telle une bulle dans les airs - des réalités physiques qui nous portent et nous entourent.

Par conséquent et comme résolution pour 2015, nous pourrions alors cesser de classer les propositions citoyennes et les tentatives de justice sociale (p. ex. les forfaits fiscaux en 2014) parmi les idéalismes et les belles utopies, car c'est bien plutôt ce que l'on croit être la réalité qui est une chimère. Une chimère pour adulte consentant.

La Conversion, le 1er janvier 2015
Luca


Souhait 2014

Le capitalisme fonctionne sur une illusion ; il a besoin du paraître, il a besoin d’un espoir de perfection qu’il cultive dans chacun de nous.
Plus que cela, le capitalisme est le résultat d’un processus de « dé-finition » des pluralités.
Dans l’espace public ces définitions conduisent à la comparaison, à la compétition.
Or, ne nous trompons pas, lorsque l’on se mesure à l’autre, on se mesure, en fait, au capitalisme, on lui fait la réplique.
Cela se passe exactement comme si les esclaves se mettaient en compétition pour être toujours plus performants face à leur maître.
Alors, comment cette soumission volontaire est-elle possible au XXIe siècle ? Mais tout simplement parce que ce maître tient dans ses bras un miroir.
Au demeurant, il y a une dynamique spéculaire propre au fonctionnement du capitalisme : d’une part, le capitalisme paie le salarié; d’autre part, le salarié rend la pareille en consommant le capitalisme.

La Conversion, le 1 janvier 2014
Luca


Souhait 2013

En 2012, ils nous ont annoncé la fin du monde et, secrètement, nous avons voulu croire en la fin d’un monde. A l’évidence, cela ne s’est pas passé. Il faut dire que Batman bat toujours "les méchants" tandis que les "gentils" sont finalement les méchants et les méchants finalement les gentils. Alors, nous pouvons dire que cette année a été celle d’une volte-face, d’une confusion des rôles. Est-ce qu’il faudra attendre le vendredi 13 de 2013 pour voir tomber les masques de ceux qui oppriment tout en dansant le Gangnam Style (강남 스타일) ?

Paris, le 01 janvier 2013.
Luca


Souhait 2012

Peut-être qu'à la fin, il nous faut rire tout en attendant, assis sur nos canapés ou debout dans la rue, le début de la fin… De notre fin, de leur fin ? Cela dépendra de nous. Dans tous les cas, 2011 aura été une année de révélation et de prise de conscience pour beaucoup d'entre nous. Une conscience qui dépasse nos propres expectatives particulières pour entrevoir un possible à travers l'action commune. Faut-il rire, pleurer devant cette grande ouverture ou cet échec écrit d'avance ? Je ne sais pas. Mais c'est sûr, il faut en être certain : l'impossible est possible.

Paris, le 01 janvier 2012.
Luca





RETOUR