La Notion D'Etat

La notion moderne d'État répond à celle traditionnelle qui est celle de l'organisation
pyramidale avec le roi au sommet. Cette organisation est justifiée, à l'époque, par la religion chrétienne et
l'idée de médiation entre l'homme et le transcendantal (Dieu).

L'État moderne, quant à lui, est le résultat des révolutions populaires, mais surtout, en dernière analyse,
des contres-révolutions menée par la bourgeoisie contre l'aristocratie et le clergé. L'État moderne est donc
bien une prise de pouvoir et non pas un consensus citoyen. Il est que le fait d'une minorité qui entreprit d'asservir
la majorité en s'instituant comme autorité légitime. Or, il n'est pas question ici de l'éternelle théorie du complot.
C'est beaucoup plus simple et moins ésotérique que cela. Cette minorité n'est autre que ceux qui ont l'argent
et qui peuvent donc libérer du temps pour s'occuper de "la chose commune" comme ils font croire. Vous devinez bien que
les autres doivent travailler pour survivre et n'ont que l'unique option que de ne s'occuper que d'eux-mêmes et de leur famille.
Car lorsque l'unique lien social (c.-à-d. la religion) a été sécularisé et que l'État monarchique a détruit tous les restes
de communautés primitives qui vivaient en communion avec la nature et l'altérité, l'homme moderne n'a eu devant lui
que la fatalité d'une histoire écrite d'avance par ceux qui possèdent la force du travail (c.-à-d. le capital). Cela étant, il ne
faut pas blâmer cette minorité, car elle n'a que suivi ses intérêts. De la même manière, nous suivons nos intérêts.
Cette poursuite des intérêts particuliers forme ce qu'est l'État d'aujourd'hui. Autrement dit, l'État a pour mission
de protéger les propriétés acquises des uns contre les autres tout en effaçant autant que possible toutes les marques
d'injustice ou de conflit qui pourraient ébranler le pouvoir des riches contre les pauvres. En effet, Adam Smith écrivait :

« Le gouvernement civil [c.-à-d. l'État] en tant qu'il a
pour objet la sûreté des propriétés, est, dans la réalité,
institué pour défendre les riches contre les pauvres »

Richesse des Nations. t.2, p.331


Luca


RETOUR